Monday, 28 December 2015

Le lien de parenté et de famille


Projet II: Rédiger une lettre ouverte a une lettre ouverte autorité compétente pour la sensibiliser à un problème et lui proposer des solutions
Séquence 02 : S’impliquer dans son discours..
Niveau :………….
Activité : Compréhension de l’écrit

- …………………………………………………………….
-……………………………………………………………………
Moyens didactiques
* Manuel scolaire.
* Tableau.




        Texte support : Sans titre (p109).
A/ Observation du support :
1/ Image du texte :
- Le texte se présente sous forme de dialogue.
- Présence de (-) et de ( ?).
- :  * nom de l’auteur : J. Renard.
     * maison d’édition : ENAG
    * Poil de carotte : c’est le personnage principal, pourquoi il est nommé ainsi (parce qu’il est roux)
B/ Lecture analytique :
Les articulateurs du texte sont : Or, en effet, mais.
Synthèse (schéma du texte)
Thème : Le lien de parenté et de famille

Thèse défendue
Les titres de famille ne signifient rien
Arguments avancés
1- Ne pas sous estimer son rôle dans le changement.
2-ne pas succomber aux incidents (ne peut irresponsable).
3- L’homme diffère de l’objet parce que c’est lui qui fait l’histoire (c’est lui le responsable des différents évènements qui on eu lieu dans le monde).
4- Les conflits et les perturbations que connaît le monde ne peuvent te laisser (insensible-neutre).
5- L’amplification, les bouleversements, les transformations, des conflits dans l’avenir
 



Arg 1 :
Il aime son père parce qu’il est son ami.
Arg 2 :
Il aime son frère parce qu’il le protège.
Arg 3 :
Il aime sa soeur parce qu’elle prend toujours soin de lui.


                                   Conclusion : L’affection doit être voulue, raisonnée et logique


N.B :
L’auteur marque sa présence par l’emploi des pronoms personnels (je, moi, me).
* On appelle les verbes « dire, affirmer » des verbes d’opinion qui expriment l’affirmation.
* L’expression « pour moi »  (pour exprimer un point de vue)


RETENIR :
L’énonciateur peut clairement manifester sa présence par l’emploi du pronom personnel « je », des verbes d’opinion, du vocabulaire mélioratif ou péjoratif.
Ces moyens lui permettent de faire part de ses jugements, de son évaluation d’une idée.